25 février 2024

Massieux, un village, une histoire.

Massieux, un village

Porte ouest du département de l’Ain, à 20 km au nord de la capitale des Gaule et bordée par la Saône, notre village est une bande étroite de 1,65 km de largeur maximum, sur 3 km de longueur environ.

Imaginez une lame de silex glissée entre ses voisins Genay et Parcieux, et dont la tête pointe vers Civrieux.

Coordonnées :
45°54’31’’ de latitude nord
04°40’40’’ de longitude est

Superficie : 3,1 km2

Code Postal : 01600

Appartenance administrative :
Commune du canton de Trévoux, Arrondissement de Bourg-en-Bresse, membre de la communauté de commune Dombes Saône Vallée (CCDSV), département de l’Ain dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

Notre population
Gentilé : Masserot-e
Habitants : 2 687 (recensement Insee janvier 2018)

Villes & Villages aux alentours :
Parcieux, Civrieux et Genay sont nos voisins directs.
Reyrieux est à 4 km au Nord-Ouest
Trévoux est à 7,6 km au Nord-Ouest
Villefranche sur Saône est à 12 km Nord
Métropole lyonnaise est à 20 km au Sud

Notre gazette locale :
Le P’tit Masserot

Massieux, un (tout petit) peu d'histoire

Contrairement à d’autres villages, les informations et articles sur le nôtre ne sont, il faut bien le reconnaitre, pas pléthoriques.

Comme l’indique Yves Genillon dans son ouvrage au titre topographiquement joliment imagé « Massieux, la tête en Dombes, le cul en Franc Lyonnais et les pieds en Saône », l’origine de ce village est délicate, voire impossible à déterminer précisément faute « de fait historique notoire et sans personnage ayant marqué la grande ou la petite histoire de son nom ».

Selon un document établi en octobre 2009 par l’Office de tourisme de Trévoux notamment grâce au précieux livre mentionné ci-avant, la seigneurie de Massieux, vers 1176, relève des Sires de Villars.

La paroisse, déjà à cette époque, est divisée entre la Dombes et le Franc Lyonnais selon une limite qu’il est difficile de préciser aujourd’hui. Elle passe avec les Thoire-Villars aux Sires de Beaujeu en 1402. Au XVII° siècle, selon les registres du Parlement de Dombes, la situation du pays est très médiocre : la paroisse de Massieux était presque toute en bois… très peu de vignes… En 1687 elle n’aurait compté que « vingt-cinq pauvres habitants ». Après 1722, cette portion de territoire reste dans la châtellenie de Trévoux, mais dépend de la seigneurie de Parcieux et est rattaché, avec la Principauté de Dombes, au Royaume de France en 1762. La notice de J. Brossard pour l’annexion fait de Massieux le tableau suivant : « Seize feux. Petite paroisse sur une hauteur. Terrain merveilleux pour le froment. Petites prairies. Vin fort bon. La moitié de la paroisse est en Franc Lyonnais. Les Minimes (ordre religieux franciscain) de Lyon y ont de beaux fonds ». Le reste du territoire appartient au Franc Lyonnais et relève des Chanoines-comtes de Lyon jusqu’à la Révolution. (1)

Le village a semble-t-il de tout temps, et avec de forts bonnes raisons, été sensible au charme de son église.

Eglise et mairie cohabitent sur la même place offrant une belle vue sur les monts du Lyonnais